Rechercher
  • Marina SANCHEZ

Samasthiti de la terre au ciel

Aujourd'hui j'ai décidé de vous parler de Samasthiti où comment « se tenir debout ». Cette posture est aussi connue sous le nom de Tadasana, la posture de « la montagne ».

Aisé en apparence, cet asana (posture) est loin d'être simple et suscite souvent peu d'attention de notre part.

Afin que vous compreniez pourquoi j'insiste sur celle-ci durant mes cours, voici quelques mots clés qui vont vous aider à mieux appréhender.

En observant mes ressentis personnels, j'ai essayé de redonner du sens à cette posture essentielle.



Ancrage, Stabilité, Déploiement

L'installation dans la posture commence avec Pada Bandha (littéralement traduit par "verrou du pied"). Les pieds sont en appui principalement sur 3 arches.


Cette action permet de nous relier à la terre mère, de nous ancrer dans le sol et donc de gagner en stabilité (tant physique que psychique).

Anatomiquement, Pada Bandha renforce les pieds et active tous les muscles du bas du corps, en partie grâce à notre réseau de fascias.

Lorsque la base est parfaitement réalisée, s'en suit un déploiement sain du corps, des pieds jusqu'au sommet du crâne.







Planches Tirées de l'ouvrage de Serge Paoletti "Les fascias"






Comme nous pouvons le voir ci dessus cette action vient stimuler d'importants centres énergétiques permettant un engagement des Bandha principaux. Ces sortes de verrous ou clapets énergétiques vont permettre de réorienter le Prana (notre énergie vitale) vers son canal principal (situé le long de la colonne vertébrale) :

Mulha Bandha (Bandha Racine), en contractant légèrement le périnée.

Ce Bandha est en étroite relation avec Uddiyana Bandha (situé sous le nombril).

En rétractant légèrement le menton et avec l'intention de repousser le ciel avec le sommet du crâne, la zone scapulaire est stimulée (abaissement des épaules et omoplates en sonnette interne). C'est la mise en place de Jalandhara Bandha qui conduit l'énergie vitale jusqu'au sommet de la tête, nous reliant ainsi avec le cosmos, le tout, l'univers .

Il est évident qu'il nous faudra des heures de pratique pour arriver à ce résultat!

(je ferai un article plus précis sur les bandha).



Force et discipline

En début de pratique, fermez les yeux et imaginez que vous êtes une montagne. Née de l'énergie de la terre , elle s'érige puissamment vers le ciel. Elle connait beaucoup de tempêtes, de changements de saisons, s'abîme, mais reste toujours à sa place, perdure grande et forte !

Pratiquer Tadasana durant une séance de yoga permet de traverser des émotions, des difficultés, des douleurs (engendrées ou non par la pratique) tout en restant fort et constant.


Samasthiti, "se tenir debout", la verticalité que tout homme a dû apprendre à maitriser dans sa vie. Étape indispensable avant celle de la marche. Mais sait on bien se tenir debout ?

Notre rythme de vie, nos émotions, notre personnalité, notre vécu, le travail etc... tous ces paramètres influent sur notre manière de nous tenir.

Samasthiti, peut paraître aisée pour beaucoup d'entre nous, d'autant plus qu'elle n'est pas "accrobatique. L'attention se relâche donc au moment de son exécution. Malheureusement c'est tout le paradoxe de cette posture. La pratique d'un asana demande une observation de nos ressentis et le respect d'un cadre. Essayez de maintenir Samasthiti dans la plus grande immobilité quelques minutes, faites en l'expérience, ce n'est pas si facile ! Le pratiquant doit faire preuve d'une grande discipline pour rester attentif dans sa posture.


Repère, Référence

La mise en place de samasthiti est d'autant plus importante que sa structure se retrouve dans la construction de chaque asana : cuisses en légère rotation interne, épaules basses, le respect de l’alignement de la colonne vertébrale, le lien entre les bandha etc.

Elle est présente dans la série d'ashtanga vinyasa entre chaque posture, comme pour ramener un cadre lorsque nous nous perdons.

C'est un point de repère dans l'espace et dans le temps. Elle marque le début et la fin du vinyasa. Dans un vinyasa complet, nous débutons en samasthiti, puis exécution de la posture, et nous clôturons en samasthiti.

Plus subtilement, ce schéma représenterait le cycle de la vie. Là d'où l'on vient et où l'on va, là où la vie émerge et où tout va se résorber .


Retour d'expérience


Il est donc intéressant d'aborder l'Ashtanga Yoga avec le vinyasa complet.

Pour ma part, c'est en pratiquant de cette manière que j'ai compris le sens énergétique et la symbolique de cette posture.

Revenir en Samathiti dans chaque vinyasa, même dans la séquence de postures au sol, me donne l'impression de naître de la terre pour m'élever vers le ciel comme une montagne. Cela renforce mon ancrage et me redonne de la puissance dans ma séance.

Samasthiti donne un réel but au vinyasa, il amplifie l'entrée dans un état méditatif et lorsque nous nous perdons, nous ramène à cet objectif. Comme une vague nous emporte dans l'océan puis nous ramène au bord.



26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout